Le Ragondin Furieux

Le Ragondin Furieux

Pour que laïcité rime avec égalité

Pour que laïcité rime avec égalité

 

La laïcité est un principe qui repose sur la séparation entre l’Etat et le religieux, l’Etat ne devant reconnaître aucune religion de manière officielle tout en garantissant à chaque citoyen le libre exercice de son culte.

 C’est à la fin des années 1980, que laïcité fait un retour remarqué dans les discours politiques après des décennies d’absence, le gain de visibilité des musulmans dans la sphère publique française redonnant de la vigueur à cette notion qui semblait tombée en désuétude. Dès lors laïcité est devenue une parade contre les expressions religieuses musulmanes, donnant lieu parfois à un laïcisme intégriste s’appuyant sur notre imaginaire "catho-laïque".

 Ainsi, la mort du Pape Jean-Paul II met les drapeaux de la République en berne et occasionne une minute de silence à l’Assemblée nationale, des accords avec le Vatican assurent la reconnaissance en France de diplômes délivrés par le Pontificat, Christine Boutin peut être en même temps ministre de la République tout en étant "consulteur auprès du Vatican", sans qu’on ne s’interroge sur le respect de la laïcité. En revanche, la question se pose dès lors qu’il s’agit de pratiques relatives à l’Islam. Les lois de 2004 sur le "port de signes religieux", ou de 2010 sur "le port d’un voile intégral ou masquant le visage" s’adressent-elles à d’autres vêtements que ceux que portent des personnes se réclament de l’Islam ? N’est-il pas inquiétant que loi et les institutions s’ajustent à des comportements particuliers en les faisant basculer dans l’illégalité ?

 Il semblerait que la laïcité défendue par les politiques, interdise en particulier d’exprimer une islamité trop visible, tout musulman exprimant sa foi de manière explicite étant perçu comme le Cheval de Troie de l’islamisation du pays du valeureux Charles Martel.

 Une laïcité coercitive, ayant en ligne de mire cette seule religion semble être devenue la religion d’Etat entretenant un sentiment de stigmatisation chez les musulman-e-s français qui n’aspirent qu’à profiter de l’espace public. Faut-il rappeler que le mot "public", s’entend également par "ce qui appartient au public", c’est à dire à tout le monde ? Chacun-e doit donc pouvoir y exprimer ses opinions et défendre ses convictions. Si l’on peut toujours s’exprimer en "privé", l’Etat a le devoir de garantir à tous-tes le droit de porter les signes de sa religion en public dès lors qu’ils ne sont pas de nature à troubler l’ordre public. Affirmer que les croyances religieuses doivent être confinées au "privé" est en totale contradiction avec le principe même de laïcité, c’est une atteinte à la liberté d’expression et à la liberté de conscience.

 La laïcité est et doit rester un principe d’égalité et non d’interdiction, elle ne doit en aucun cas protéger une conception particulière de l’identité nationale. Sa vocation est de permettre à chaque citoyen d’exprimer librement sa foi sans crainte d’être condamné.

 Les termes de la loi de 1905 et de la Constitution sont sans équivoque : "La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées dans l'intérêt de l'ordre public.", la République "respecte toutes les croyances".

 Toutes sans exception. 

 Source TERRA : //leplus.nouvelobs.com/contribution/2526;pour-que-laicite-rime-avec-egalite.html



23/06/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres