Le Ragondin Furieux

Le Ragondin Furieux

L'Assemblée nouvelle est arrivée…

L'Assemblée nouvelle est arrivée…

 



Par Michel MENGNEAU

 

 

Malgré le désintérêt que l'on sent poindre dans la population pour ce qui se passe dans nos assemblées, je continue de penser qu'un regard de temps à autre sur le fonctionnement de nos institutions nous permet de savoir où en sont les projets de loi et autres directives qui intéressent notre avenir. Il est évident que la mainmise et sans surprise des inconditionnels de Sarkozy sur le législatif - aidé en cela par un PS le plus souvent abstentionniste car d'accord avec la majorité il lui est donc difficile de faire figure d'opposant en acquiesçant, ce qui n'est  à l'évidence que simagrées – ne favorise pas après de citoyens qui considèrent que le résultat est couru d'avance ce qui ne favorise quelconque considération bienveillante et respect pour les travaux de nos élus. Mais ils continuent à œuvrer et on ne peut faire abstraction de ce qui se passe, surtout que l'assemblé nouvelle est arrivé depuis le 2 mars.

 

Si l'on se souvient la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 que l'on doit au vote positif de J.Lang bien aidé par l'apathie, une fois de plus, de  ses collègues socialistes avaient apporté quelques modifications au fonctionnement de l'assemblée. La première, qui nous intéresse plus particulièrement pour cette chronique,  est relative aux questions au gouvernement.

 

Jusqu'à présent le temps de parole était distribué au prorata du nombre de députés dans chaque parti, par conséquence un parti comme l'UMP était bénéficiaire dans la mesure où ils sont toute une portée au service du « Sarkosisme ». J'ai néanmoins un doute sur l'équité du législateur qui, en modifiant la donne,  répartit le temps d'expression moitié /moitié entre la majorité et l'opposition. En effet il est évident que cela pose problème car, par exemple, dans le cas du Modem, est-il dans la majorité ou l'opposition ? Dans de telles conditions, avant que l'on appliquât cette nouvelle règle il eut fallu définir les notions de majorité et opposition. Surtout, qu'il a aussi une interrogation pour savoir sur quels bancs sont assis les socialistes !

 

C'est d'ailleurs après cette réflexion que l'on comprend mieux les manigances de Sarkozy car il saute aux yeux que cela favorise le « bipartisme », bipolarisation à l'américaine de la scène politique où chaque groupe (dans le sens opposition/majorité) devrait homogénéiser leurs votes dans le but d'éviter un débat idéologique ce qui, on l'a bien compris, arrange aussi les Socialistes. Déjà, on sent que ça démange certains de mettre les pieds dans le plat. Je n'épiloguerais pas sur les autres nouveautés qui intéressent : L'ordre du jour de l'assemblée, La nature des textes mis en discussion, etc.

 

Juste un petit rappel qui confirme s'il en était besoin l'inconsistance du parti socialiste qui pousse des cris d'orfraie, en profite pour allez à la pêche, lorsqu'il est question d'encadrer les amendements. Effectivement, quand il aurait fallu être farouchement opposé aux révisions constitutionnelles on les a vues étrangement absents, et après, au moment où ces modifications font l'objet de procédures pour mettre en application, ils font un raffut du diable parce que la droite veut les empêcher de chicaner inutilement, ce dont ils sont spécialistes en l'absence de fond idéologique. Je ne dis pas que la droite à raison dans l'histoire des amendements, loin de là, je fais simplement remarquer que lorsque l'on a eu une position équivoque, par la suite on ferme sa gueule !

 

C'était donc mardi l'arrivée de l'assemblé nouvelle. Malheureusement ce ne fut pas spécialement un renouveau poussant à la bonne humeur comme l'arrivée du Beaujolais nouveau, non, ce fut simplement, dans la morosité, on prend les mêmes et on recommence…

 

Je ne relaterai donc pas quelques propos glanés lors des interventions pour les questions au gouvernement car j'ai comme l'impression que l'on tournait en rond avec des interrogations peu diversifiées. A l'évidence, la machine était en rodage !

 

Donc nous n'aurons que les communiqués du groupe GDR, qui nous indiquent bien qu'elle est la nature des réformes qui nous attendent.

Paris le 2 Mars 2009

A la santé du privé

Casser le service public de santé au seul profit du secteur privé lucratif, c'est l'objectif poursuivi avec le projet de loi portant réforme de l'hôpital, dont l'examen reprend aujourd'hui.

Sous couvert de rationalisation des moyens, les dispositions déjà adoptées par la majorité de l'Assemblée vont notamment permettre aux cliniques de débaucher les internes des hôpitaux, conduisant les établissements hospitaliers à recruter des médecins contractuels pour tenter en vain de contrer la fuite des compétences trop mal rémunérées dans le public.

Dans le même esprit, les Député-e-s de droite ont fait adopter un amendement mettant fin au statut particulier de l'AP-HP dont les missions, en matière de soins comme de recherche, dépassent pourtant largement le cadre régional. C'est la voie ouverte au démantèlement de ce fleuron de la médecine française à qui l'on doit nombre de premières mondiales chirurgicales et médicales.

Pour museler toute opposition à ses choix, le gouvernement entend donner pleins pouvoirs aux Présidents des Agences Régionales de Santé. Après les universités, il veut ainsi caporaliser les hôpitaux pour imposer des choix contraires aux besoins sanitaires des populations.

Les articles du projet de loi restant à examiner sont marqués de cette même logique comptable : rien pour la médecine scolaire, rien pour la médecine du travail, rien non plus pour la filière universitaire de médecine générale en dépit des promesses faites depuis plusieurs années.

Les Député-e-s communistes, républicains, du Parti de gauche s'emploieront à mettre en échec ces orientations dangereuses pour les populations et les professionnels de santé soucieux de promouvoir la recherche médicale et la qualité des soins pour tous.

Ministre des finances ou syndic de faillite ?

Le 4 mars,

Christine Lagarde et Eric Woerth qui étaient auditionnés aujourd'hui par la commission des finances de l'Assemblée sont des syndics de faillite. Le déficit de l'Etat dépasse 100 milliards d'euros, le chômage progresse aussi vite que le déficit, la détérioration de la situation s'accélère mais le gouvernement continue de refuser les seules mesures qui pourraient stopper la chute et relancer immédiatement l'activité économique et l'emploi : l'augmentation immédiate du pouvoir d'achat pour les salaires jusqu'à 2,5 fois le SMIC, pour les minima sociaux et les retraites, le blocage des loyers, la répartition égalitaire des dividendes des banques entre tous les détenteurs d'un compte, y compris les interdits bancaires.

En continuant de sortir des milliards d'euros pour les établissements bancaires et pour les grandes entreprises de l'automobile sans aucune contre partie pour l'emploi, le gouvernement permet aux plus riches de continuer à s'enrichir en ruinant le pays.

Pour combler le déficit de l'Etat, il faut lever un impôt exceptionnel sur les mille plus grosses fortunes du pays. La justice doit engager des enquêtes préliminaires sur la responsabilité des dirigeants dans les pertes des banques et des établissements financiers.

Paris le 5 Mars 2009

OTAN : Le gouvernement craint l'opinion publique

Le gouvernement sait que l'opinion publique n'est pas favorable au retour de la France dans le commandement intégré de l'OTAN. En engageant la responsabilité du gouvernement comme vient de le souhaiter François Fillon, le Président de la République et son exécutif veulent imposer un choix particulièrement dangereux, celui d'un renforcement de la logique des blocs, celui des tensions internationales et de la guerre.

Les député-e-s communistes, républicains, du Parti de gauche dénoncent cette manœuvre et porteront avec force l'exigence que le peuple puisse s'exprimer par voie de referendum sur cette question d'importance.

A suivre…

http://le-ragondin-furieux.blog4ever.com

 



09/03/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres