Le Ragondin Furieux

Le Ragondin Furieux

Israël : "Etat Juif". Un déni de l’Histoire !

Israël : "Etat Juif". Un déni de l'Histoire !

 


Voilà, le pot aux roses est dévoilé, le gouvernement israélien veut bien d'un état palestinien à condition qu'Israël soit déclarée : Etat Juif. En entendant cette déclaration de la part des dirigeants sionistes je ne fis qu'un bond et m'écriais : « Ca y est, ils vont réécrire l'Histoire à l'envers ». En effet, le vieux concept de race que l'on croyait disparu est de nouveau d'actualité avec de tels propos. Pourtant c'est à partir de cette façon de voir l'humanité que la communauté juive, fut décimée. Que va-t-il donc advenir des arabes habitant actuellement Israël, sans doute seront-ils maintenant priés de s'exiler d'une terre qui fut la leur, et qui maintenant sera déclarée unilatéralement : terre juive. C'est non seulement une abomination sociale, du racisme, et surtout un déni de l'histoire. Malheureusement, pour être consensuel, il ne faut pas dénoncer cette prise de position qui pourrait être génocidaire et c'est le cas de l'attitude des gens de gauche en France, ce que constate amèrement Ishtar Cohen…

 

Pour la gauche française, il y a théocratie ET théocratie
 

Il y a manifestement deux poids deux mesures dans la gauche française sur un sujet précis : celui des "théocraties".

 

On savait déjà que les théocraties et monarchies musulmanes qui sévissent en Arabie Saoudite (où la Constitution du pays se fonde sur le Coran et la sunna selon la compréhension des compagnons de Mahomet et où aucune manifestation ou culte d'une autre religion n'est acceptée et ceux qui expriment à ce titre une opinion différente sont déclarés apostats et passibles de la peine de mort) ou aux Emirats Arabes Unis, fondés sur la charia et l'émirat, ne dérangeaient pas plus que cela la "gauche".

 

On sait depuis bien longtemps que le régime du "velayat- e- faqih" iranien, la révolution islamique de 1979 et la théocratie fondée consécutivement dans la constitution de 1979 également, eux , emmerdaient profondément la bonne conscience de "la gauche française" qui y voyait là, véritablement (et sans avoir forcément tort d'ailleurs), un monstre religieux anti-laïque à flinguer de toute urgence, au besoin en privilégiant des opérations secrètes, au besoin, en violation de la souveraineté nationale et de l'indépendance des peuples (azeri, turkmen, kurdes...) composant la nation iranienne.

 

Ces derniers jours, on entend - en tout cas, moi je l'entends, et en plusieurs langues ! - les dirigeants israéliens réclamer encore plus fort dans le monde entier que leur Etat soit respecté en tant que "état JUIF".

 

Ainsi, il y a 3 jours, cité par l'AFP ( qu 'on ne peut pas reproduire pour cause de "copyright" - comme c'est beau la liberté d'informer à la française...- mais que vous retrouverez sans peine), le ministre israélien Barak a souligné que tout accord final sur la question palestinienne devait inclure un "respect de la nature d'Israël comme un Etat pour le peuple juif".

 

Hier encore, "Il Cavaliere a également soutenu le Premier ministre israélien sur la nécessité de démilitariser le futur Etat palestinien et sur l'existence d'Israël en tant qu'Etat juif. Une démilitarisation de l'Etat palestinien "nous semble absolument juste" de même que "la définition, qui doit être obtenue à la fin des négociations, d'Israël comme Etat juif", a déclaré Silvio Berlusconi" (Nouvel Obs du 24 juin 2009).

Etat juif.

 

Juif, si je ne suis pas devenue complètement sénile ou absurde (et on ne sait jamais avec tout ce que nous vivons depuis ces dernières années), ça ne présume peut être pas une théocratie en tant que telle, stricto sensu, d'accord, dans la mesure où les lois ne seraient pas directement puisées à la source de la torah par exemple, mais ça laisse au moins présager un état clairement confessionnel, un Etat POUR LES JUIFS (mais dans une version du sionisme bien particulière), un Etat où la sacro-sainte séparation de l'Eglise et de l'Etat, chère à la conception « républico-laïcarde » de la gauche française, n'existe pas réellement.

 

Je continue de m'interroger alors sur cette gauche française.

 

Qui fustige Ahmadinejad (je ne l'aime pas non plus, et j'exècre certains mollahs autant que certains de nos rabbins) et la théocratie iranienne dès qu'il en a l'occasion, mais ne fait AUCUN commentaire, jamais, d'une équivalente dureté, sur Israël. Tout ça parce que en Israël, la peine de mort en tant que telle, pour les crimes de droit commun, a été abolie en 1962, et qu'en Iran elle est toujours en vigueur. On croit savoir (et je dis bien on croit savoir) que, en Israël, au contraire de l'Iran, les homosexuel-le-s seraient respectés et protégés contre toute forme de discrimination et violences - à Tel Aviv oui sans doute, mais je ne suis pas sûre que dans certains villages ou petites villes arriérées ou même à Jérusalem, l'Etat d'Israël soit si "gay friendly" que cela...

 

Mais toutes ces petites mythologies ou imprécisions ou inexactitudes sociétales mises bout à bout font que l'on considère toujours aveuglément et à bon compte que Israël c'est un pays libre et démocratique (au moins pour ses citoyens), et l'Iran à côté fait figure vraiment de pays épouvantable.

 

Ainsi Jean Luc Mélenchon (toujours lui, mais j'avoue qu'il m'amuse beaucoup) en avril dernier disait déjà des choses très drôles - ou plutôt, pour un homme qui se pose toujours et avec orgueil en "laïcard" convaincu et "défenseur des droits de l"Homme", le plus drôle était dans ce qu'il n'arrivait pas à dire.

 

Rappelons-nous : quand Bourdin le journaliste de RMC lui demande, après que le Sénateur vient d'agonir d'injure Ahmadinejad, si les Israéliens ne viennent pas d'élire eux-mêmes, cependant, des représentants racistes et d'extrême droite, M. le Sénateur a une jolie pirouette, qui consiste à dire, en gros, qu'il ne peut pas s'exprimer ainsi parce que, comprenez vous, en France, le racisme est un délit (sous entendu traiter quelqu'un de raciste peut exposer à la diffamation, ce dont les sionistes, en effet, ne se privent jamais ou rarement...).

 

Bon, soit.

 

Mais que pense le Sénateur, maintenant, alors, lui qui aime à se réclamer du fait qu'il peut changer d'avis ( comme entre Maastricht et le TCE) - mais pas seulement lui au fond, pauvre homme, il n'est pas le seul et ce n'est peut être pas le moins sincère, on pourrait dire aussi M. Besencenot, Mme Buffet, (je ne citerai pas le PS, je ne suis pas stupide) mais toute la gauche occidentale d'ailleurs, qui croit actuellement s'engager dans le soutien d'une révolution populaire de masse en Iran aujourd'hui, contre l'affreuse théocratie des mollahs, que pense cette gauche de la revendication israélienne de reconnaître et faire respecter Israël en tant que "Etat juif"?

 

Il se trouve que moi par exemple, pour de multiples raisons, ça ne me remplit nullement de joie ( je dois déjà me faire à l'idée qu'Avigdor Liebermann peut être Ministre...). Je préfère un Etat laïc, non confessionnel, je crois que c'est une profonde erreur pour le peuple israélien (palestinien, n'en parlons pas), pour la stabilité de cette région, je crois que c'est la porte ouverte au conflit sanglant et douloureux et long.

 

Nous le peuple, premiers concernés, allons le payer extrêmement cher. Bref.

 

On réactive les vieilles guerres de religion en somme - je ne pensais pas revoir cela à cette échelle de mon vivant, ni que mes enfants le verraient - je pensais que c'était le passé. Loin, loin, très loin...Ca me semblait tellement fou après tout ce sang versé dans des pseudo-guerres de religion...

 

Que dit la gauche de France à ce sujet de la demande récurrente d'Israël d'être reconnu et respecté comme "ETAT JUIF"?

 

Que réplique-t-elle?

 

Envoie-t-elle des manifestations devant l'Ambassade d'Israël en soutient aux israélien-ne-s, par exemple, dont nombreux l'ont payé de leur vie et de leur liberté aussi, qui veulent la laïcité et la paix et le respect des palestiniens?

 

Pourtant elle pourrait faire un cortège de l'Ambassade d'Israël à l'Ambassade d'Iran, si ma mémoire est bonne, c'est presque toujours tout droit d'un point à l'autre...

 

Un jour, la gauche de France, ou plutôt, toutes les gauches qui lui ressemblent dans le monde, paieront leur manque de courage, leur duplicité, leurs trahisons.

 

Elles paieront le sang des républicains espagnols, elles paieront le sang des palestiniens, elles paieront le sang des iraniens, elles paieront le sang des ouvriers.

 

Non pas que la gauche n'aie pas de valeur à mes yeux - oh non, au contraire, elle en a énormément, c'est peut être une question de génération, je ne sais pas - et je suis au désespoir quotidien de la voir ainsi trainée dans la boue, salie, malmenée par des voyous, des arrivistes, des renégats, des lâches ou des imbéciles partout où je vais, partout où se trouve mon regard, mes oreilles. Peu d'hommes et de femmes de gauche dans le monde donnent du souffle, de l'énergie, du soulagement. Heureusement, il y en a quand même et je me tourne toujours vers elles/ eux pour garder espoir.

 

Ce n'est pas de l'idée de "la gauche" dont on doit se débarrasser, mais de tous ces gens dans le monde entier qui font de la gauche un vrai repoussoir pour tous les peuples du monde, quand elle devrait être notre planche de salut et notre arme principale, toutes ces gauches qui font le lit de la droite à chaque fois plus dure et servent toujours directement ou indirectement les intérêts de la bourgeoisie quel que soit son passeport.

 

Mesdames et Messieurs les démocrates de gauche, progressistes, laïques, que direz-vous à Israël, et avec quelle force, Israël, "Etat juif"?

 


De : Ishtar COHEN



28/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 81 autres membres