Le Ragondin Furieux

Le Ragondin Furieux

Le sarkozysme, la droite-extrême et l’extrême-droite

Le sarkozysme, la droite-extrême et l'extrême-droite

 

Si j'ai choisi ce texte de Portelli, c'est est qu'il nettement différent dans l'analyse de celui d'Annie Lacroix-Riz. Ici, il est question d'idéologie alors qu'Annie se place sur le plan de l'Histoire, en historienne qu'elle est. Les deux opinions méritent donc d'être lues, voire confrontées, car finalement elles laissent dubitatives sur les raisons profondes qui poussent le sarkozisme vers le fascisme…Est-ce un peu des deux ?

 

 

Par Serge PORTELLI

 

Qu'il est réconfortant ce premier tollé contre les derniers projets du pouvoir! Premier, puisqu'il faudra nécessairement que nos voix se fassent entendre plus fortement encore pour défendre les valeurs de la République, le 4 septembre prochain. Mais quelle naïveté chez ceux qui y voient un "dérapage", une "outrance", une pure opération électoraliste, une manoeuvre de diversion destinée à conquérir des voix du Front National. À croire qu'ils n'ont jamais vraiment lu ni écouté les discours nous sommes pourtant abreuvés depuis quelques années.

 

Aucune des mesures qui nous font frémir ou nous soulèvent le coeur n'est le fait des circonstances. Il n'y a ni exagération ni infléchissement, ni même durcissement d'une ligne politique. Nous sommes dans le droit fil de l'idéologie sarkozyste dont beaucoup s'obstinent encore à nier l'existence et dont l'actuel président de la République n'est jamais que le principal, mais provisoire porte-parole.

 

Nous assistons à l'une de ses dernières et inévitables évolutions: la confusion, dans une France qui glisse lentement vers la droite, entre cette droite-extrême qu'est le sarkozysme et l'extrême-droite classique. Dans le dernier programme en vente à ce jour (car le catalogue varie de jour en jour) nous trouvons donc - la déchéance de leur nationalité française de certains Français "d'origine étrangère" qui auraient volontairement porté atteinte à la vie d'un membre des forces de l'ordre (première version présidentielle) ou (seconde version ministérielle) contre les coupables de polygamie, d'excision, d'appel au travail illégal , voire d'actes de délinquance grave (sic) - la fin de l'acquisition automatique de la nationalité française au moment de la majorité pour des mineurs étrangers s'ils ont commis des actes de délinquance - la dénonciation explicite de l'immigration comme facteur de délinquance - des mesures censées mettre fin au "comportement" de "certains parmi les gens du voyage et les Roms", dont "la reconduite quasi immédiate des Roms qui auraient commis des atteintes à l'ordre public ou à des fraudes en direction de la Roumanie et de la Bulgarie" et des expulsions des campements illégaux. - des peines de prison pour les parents de mineurs délinquants en cas de défaillance caractérisée (deux ans d'après l'honorable parlementaire, Eric Ciotti, qui dit mieux?) - l'extension du système des peines planchers en cas de violence - une peine de 30 ans de réclusion pour les auteurs de crime contre un représentant des forces de l'ordre...

 

Ce déluge de réformes n'a que l'apparence d'une énumération à la Prévert. Il faut être aveugle pour ne pas voir, derrière chacune de ces mesures ou de ces déclarations, une conception très précise et singulière de l'homme, de la société et des libertés, un dessein parfaitement réfléchi, extrêmement cohérent et inlassablement répété. Bref, une "idéologie", terme que le sarkozysme réfute toujours pour en affubler ses adversaires puisque, pour lui, l'idéologie c'est toujours l'autre.

 

Au fond de cette idéologie, il y a le fantasme archaïque d'une humanité simplifiée, sans le moindre degré de complexité. Avec d'un côté les bons, de l'autre les mauvais. D'un côté, ceux qui respectent des valeurs fondamentales que le candidat à l'élection présidentielle énumérait dans un de ses discours de campagne, à Marseille, le 19 avril 2007: "la famille, la patrie, la religion, la société, le travail, la politesse, l'ordre, la morale". De l'autre, tous ceux qui, d'une façon ou d'une autre ne les respectent pas et qui, selon l'une des expressions favorites du régime, ramassée sur le zinc d'un comptoir et à nouveau ressassée ces derniers jours, "empoisonnent la vie des honnêtes gens". À partir de cette vision manichéenne du monde, se bâtit l'autre fantasme, plus récent, d'une société sans risque, aseptisée, obsédée par une sécurité absolue, dans laquelle les principes de précaution puis d'exclusion s'appliquent à tout ce qui peut représenter un danger. Le ressort idéologique secondaire est donc la peur.

 

Peur, minutieusement entretenue, de tous les fauteurs de trouble de ce nouvel ordre moral et sécuritaire. Dans cette société violente, on préférera stigmatiser, déchoir, humilier, expulser, enfermer que d'affronter les vrais problèmes. Contrairement au credo affiché, il ne s'agit pas d'être efficace, mais de frapper fort, devant les médias, et d'impressionner l'opinion publique.

Rejoignant les thèmes fondamentaux de l'extrême droite, le sarkozysme met au premier rang de ces peurs l'étranger ou l'immigré qu'il assimile constamment au délinquant, fustigeant les "cinquante ans d'immigration insuffisamment régulée" (y compris donc de 2002 à 2004 et de 2005 à 2007...), martelant que "la question des étrangers est un problème majeur dans notre pays" (Frédéric Lefebvre, le 5 août dernier). Si le mot xénophobie a un sens, il faut donc admettre, après tant d'années de démonstration acharnée, que le sarkozysme est xénophobe. Qui a oublié les propos de Nicolas Sarkozy, le 22 avril 2006,: "si certains n'aiment pas la France, qu'ils ne se gênent pas pour la quitter", calqués sur le slogan de Philippe de Villiers, rallié depuis lors: "la France, aime-là ou quitte-là", et directement inspirés de la vulgate lepéniste. Qui ne voit pas la politique inhumaine et féroce de reconduite à la frontière qui brise chaque jour des familles et des vies? Tout ceci sous la houlette d'un calamiteux ministère de "l'identité nationale". Qui a oublié voici à peine deux mois, la condamnation en première instance à 750 euros de notre jovial ministre de l'intérieur pour injures raciales pour avoir dit, à propos des personnes d'origine arabe: "Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes"? Nous sommes face à une xénophobie populiste qui s'inscrit dans le nationalisme le plus obscur, le plus rétrograde qui soit.

 

Le projet actuel concernant la déchéance de nationalité s'inscrit dans le droit fil de cette idéologie. Il s'appuie sur des notions héritées de notre histoire la plus sombre. L'expression de "Français d'origine étrangère" estampille définitivement le projet. La stigmatisation des Roms et de leur "comportement" est très exactement de la même veine. D'autant qu'il confond intentionnellement dans la même opprobre ces citoyens de l'Union Européenne (Bulgares et Roumains) avec les "gens du voyage", dont l'immense majorité est française. Tout ceci devient insupportable. Nous sommes aux antipodes d'une société républicaine où l'égalité, la liberté, le respect de l'autre, la tolérance, la solidarité, le partage sont à la base de la paix civile et du progrès social. Les Français sont tous égaux devant la loi. Pourquoi ce principe fondamental est-il inscrit à l'article premier de la Constitution? Parce que la France ne veut plus revivre les abominations d'une politique raciste et xénophobe. Parce que les fondateurs de notre République ont voulu interdire à tous les gouvernants de distinguer selon l'origine. Parce qu'ils ont voulu faire de notre pays une terre d'accueil, de solidarité et d'asile.

 

Oui, ces projets sont anticonstitutionnels. Pire, ils sont indignes.

 



10/09/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 81 autres membres