Le Ragondin Furieux

Le Ragondin Furieux

Une journée bien remplie !

Une journée bien remplie !

 


Suite à une campagne mise en place à la va-vite pour les élections européennes, les Décroissants participants actifs et supporters avaient éprouvé le besoin de se retrouver pour tirer le bilan de cette expérience peu commune et nouvelle pour beaucoup. Je me permets donc de donner une impression personnelle sur cette rencontre qui reste à mon avis une bonne initiative…

 

Le choix de Notre-Dame des Landes avec son camp-climat ne pouvait pas mieux tomber à pic et surtout représenter un symbole fort avec l'opposition au projet du grand aéroport dans le principal but est de favoriser les transports commerciaux. On peut résumer d'ailleurs le symbole par cette formule simple : A l'évidence, il parait aberrant d'aller chercher des fraises de Californie en avion alors que l'on peut les cultiver sur les terres où vont être implantées les pistes d'atterrissages détruisant à cette occasion une cinquantaine de fermes… Cela tombe donc de propos dans la relocalisation qui fait partie des idées avancées par les Décroissants.

 

Le camp par lui-même représentait à mes yeux les diverses tendances gravitant autour de l'écologie. On pourrait en faire d'ailleurs un inventaire plus détaillé mais je pense qu'il est plus judicieux de relater le sentiment général que l'on en éprouve. On ressent pour l'ensemble une prépondérance de l'écologie radicale. Ecologie radicale qui vient de racine dont on ne peut qu'en apprécier la quintessence, mais aussi écologie radicale sous la forme extrémiste, celle-ci est plus discutable !

 

Faire de l'écologie pour l'écologie c'est passé au second plan un point essentiel qui est que la destruction des milieux naturels et les pollutions viennent de nos conceptions sociétales et en particulier du productivisme que l'on doit dans nos pays développés à un capitalisme ultralibéral. S'il n'est pas négligeable d'avoir une attitude individuelle respectueuse de l'environnement on ne peut avoir toutefois de résultat écologique que si l'on ne conçoit pas l'écologie à travers la politique, et je pense surtout, d'écoulant de la politique. On ne fera pas d'écologie véritable et efficiente si l'on ne change pas les fondements de nos sociétés. Donc, l'écologie radicale dans le sens extrémiste, l'écologie pour l'écologie pourrait devenir une sorte de religion, voire plus précisément de sectes pratiquées par des avertis très intransigeants de surcroit. Je vais peut-être en choquer certains et passer pour une sorte d'ancien combattant radoteur, mais tant pis, je dirais donc que le sentiment que j'ai est celui d'après mai 68 avec les mouvances hippies ou maoïstes. Certes il en faut dans l'espace sociétale pour sortir quelque peu des sentiers battus mais cela ne mérite pas les extrêmes, surtout lorsque cela ne peut que servir la cause intellectualiste de quelques individus !

 

C'est mon sentiment, je le donne car je le sais discutable mais néanmoins j'ai peur que l'on s'égare sur des sentiers nous éloignant des réalités de notre monde. Bref, revenons aux Décroissants.

 

Je commencerais par un petit reproche, même si l'on n'est pas attaché particulièrement à des problèmes d'horaire comme c'est mon cas, j'ai trouvé cependant un peu léger que l'on ne commençât pas à l'heure prévue dans le programme surtout lorsque l'on a fait des efforts pour se lever de fort bonne heure le matin afin de respecter les engagements ce qui ne fut pas le cas de ceux sur place. Ce n'est pas très grave mais cela méritait d'être dit car il a fallu aussi repartir le soir et probablement écourter l'écoute de plusieurs sujets. Pour finir avec les récriminations, disons le rapidement, j'ai été surpris et un peu déçu du fait que nous soyons si peu nombreux parmi ceux ayant participé à la campagne. Cela peut se comprendre pour ceux ayant prévu leurs vacances depuis longtemps, pour les autres, cela ressemble à de la désaffection, voire du désintérêt, cela est pour le moins regrettable.

 

Passons outre ses petites contrariétés et attardons nous sur ce qui est ressorti de cette réunion. Du moins ainsi que je l'ai ressenti, et j'irai directement aux conclusions simples que j'en ai tirées.

 

En un premier temps, faire un recueil édulcoré de l'axe de pensée de la Décroissance. Je pense d'ailleurs que le travail de Michel Lepesant est une bonne base sur laquelle on peut s'appuyer.

 

En un deuxième temps, faire un recueil plus synthétique, un résumé en quelque sorte de la pensée afin de s'en servir pour les rapports avec les autres formations politiques ou associatives. Mais aussi pour la communication de façon plus générale et en particulier pour les élections régionales. Qui aussi pourra servir de point d'appui pour faire des propositions sur des particularismes régionaux.

 

Enfin, le problème de la communication, que ce soit intra-muros ou extérieur. Il semblerait que ce problème sera bien abordé puisqu'un collège est chargé d'en débattre. Donc on attendra les suggestions…

 

J'ajouterai, j'ai utilisé à dessein deux termes bien distincts. Le recueil, qui sera effectivement être le repère où l'on va consigner une sorte de synthèse des pensées, construisant une société que je qualifierai d'informelle dans la mesure où elle sera par exemple différente en fonction des spécificités locales pour ne citer que cet aspect, à fortiori que l'on ne peut pas formaliser dans l'espace et le temps. C'est pourquoi j'ai utilisé aussi l'expression axe de pensée qui permet d'y mettre des fluctuations que le terme de concept rigidifie plus. Cela sera aussi ainsi de la communication qui doit s'écarter de la conceptuelle politique traditionnelle. Si l'on doit sans doute travailler ce domaine pour faire connaître la Décroissance, il serait dangereux de tomber dans le travers politicien.

 

C'est me semble-t-il les points qui ont été dégagés pour AG du mois de septembre, donc affaire à suivre.

 

Je finirai ce petit billet en évoquant rapidement le forum de l'après-midi, forum où le NPA, le PdG, Les Verts, les Alternatifs, les Décroissants –j'ai du en oublier- ont donné leur avis sur l'écologie politique, du moins la place de l'écologie dans la politique. Je ne donnerai pas la teneur exact de tout le débat, mais simplement, il m'a semblé que le NPA et le PdG était un peu sur la même longueur d'onde que les Décroissant. Par contre les Verts ont paru pour beaucoup à côté de la plaque, d'autant que Jadot à fait figure de politicard de la pire espèce, c'est du moins l'impression qu'a donné son discours. De toute façon, à l'applaudimètre il n'y pas eut photo, les Décroissants se sont taillés la part du lion, les Verts on récolté la mollesse de leur engagement politique, surtout le manque d'opposition au système ultralibérale.

 

Avec le voyage du retour, ce fut une journée bien remplie, avec des enseignements très profitables, donc aucun regret, au contraire…

 

En espérant surtout que les voies tracées puissent ouvrir le chemin de la connaissance d'un monde différent perceptible à beaucoup. Un imaginaire autre….

 

 

 

 

 

 

 

 

 



09/08/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres