Le Ragondin Furieux

Le Ragondin Furieux

L’hégémonie capitaliste est en pleine forme !

L'hégémonie capitaliste est en pleine forme !

 

 Nous vivons une période étrange, un peu partout on peut lire, entendre, que le capitalisme est en crise et qu'il se pourrait que ce soit le début d'une agonie. Ceci est une réflexion générale, cependant des individus un peu plus perspicaces laissent entendre que cette crise est simplement systémique, pourtant il s'agit là encore d'un euphémisme pour nous expliquer que les financiers spéculateurs sont en train d'essayer d'épurer le système de quelques pourritures qui gênaient son fonctionnement, avec la complicité des états, le tout sur le dos du lampiste.

 

C'est même encore plus subtil puisque l'on a laissé croire pendant un moment au retour de l'étatisation, étatisation en réalité fictive par laquelle la finance a réussi à se garantir, sans débourser un liard, des avatars que pourraient amener une spéculation trop risquée. Mais le summum de la manipulation fut pour la dette des états européens, prétexte qui une fois de plus a servi à ce que les spéculateurs puissent prendre tous les risques étant maintenant couverts par la garantie complice des états. Ce n'est d'ailleurs pas encore entièrement tout réglé puisqu'il semble que les bourses font un peu « la gueule » n'ayant pas la totale assurance qu'elles pourraient tout se permettre sans y laisser quelques plumes. Soyons rassurés, elles vont y arriver…

 

Le constat que l'on peut tirer de cette courte analyse est que le capitalisme n'a jamais été aussi puissant. Il serait vain et inconscient de croire que les crises, fort bien orchestrées, étaient des soubresauts d'agonie, au contraire l'hégémonie mondiale de la finance n'en est que plus forte ; l'exemple de la multiplication d'achats de terres en est un exemple, mais cela est encore plus probant avec la mise en place des métropoles globales, voire la privatisation des villes comme c'est la cas aux USA où leur nombre particulièrement significatif est de 20 000 environ, ainsi que l'ouverture de nouveaux marchés avec sous le couvert d'une fausse écologie, etc. Le capitalisme est en train de gagner sur tous les tableaux. La finance gouverne ce monde, c'est malheureusement un triste constat, même si parfois en son sein il y a une sorte de guéguerre comme c'est le cas actuellement entre l'Euro et le Dollar, guerre d'obédience pour l'hégémonie mondiale, mais quand il s'agit de plumer le prolétaire, là tout le monde est d'accord…

 

Alors le monde du travail Européen se pose des questions, ne comprend pas pourquoi l'industrialisation va disparaître et laisser au chômage un nombre important de travailleurs sans que cela pose problème au système capitaliste, la baisse des pouvoirs d'achats étant théoriquement dommageable pour les économies.

 

C'est pourtant simple à comprendre, le travail est devenu essentiellement la variable d'ajustement du capital et il se trouve que dans la plupart des pays européens le niveau de vie de l'ouvrier est devenu trop élevé pour que les actionnaires puissent tirer des bénéfices substantiels de la production. Donc, on délocalise vers des pays où le code du travail est succinct, et les salaires plus bas, pour ne pas être gêné par des grèves intempestives et avoir la rentabilité maximum.

 

Par conséquence les multinationales vont abandonner pendant un temps les pays développés afin d'y diminuer le pouvoir d'achat et les contraintes de l'encadrement du travail. L'Europe consommera moins, mais peu importe pour les spéculateurs puisque les marchés en pleine expansion, indiens, chinois, brésiliens, vont compenser amplement le manque à gagner de la vielle Europe. Le capitalisme mondialisé va en tirer le maximum de profit en créant un autre secteur consumériste, consommation prétendue créatrice de richesses, jusqu'à ce que l'évolution trop importante de ces pays soit elle-même freinée car le niveau de vie aura suffisamment progressé, des salaires devenus plus substantiel diminuant de fait la rentabilité du capital. A partir de ce moment là, on reviendra dans les pays européens appauvris et où les salaires seront bas, et l'on recommencera à faire travailler les chômeurs de nos pays sur des bases salariales moindres, un code du travail pratiquement inexistant, des conditions que le capital trouvera alors rentable.

 

C'est une sorte de mouvement perpétuel permettant au capital de fructifier dans toutes les conditions. Système qui fait totalement abstraction des peuples pour ne servir qu'une oligarchie dominante.

 

Néanmoins, il n'est pas si facile que cela d'appauvrir un peuple, surtout lorsque l'on a crée le conditionnement consumériste et qu'à partir d'un certain moment on ne peut remplir le caddie qu'à moitié, d'où un profond ressentiment. Alors on tente des expériences pour voir la réactivité des peuples, surtout jusqu'à quel point la stratégie du consentement a fait son effet. Ce fut d'abord aux USA avec les « subprimes » qui ont mis des milliers de gens à la rue, maintenant se sont les retraites qui sont sur la sellette remettant au travail des personnes d'un âge particulièrement avancée. Naturellement, dans ce pays où le capitalisme est pratiquement une affaire de gènes peu de réactions sont venues contrarier ce ballon d'essai. Alors on se tourne vers l'Europe pour voir si là aussi les peuples sont mûrs pour accepter toutes sortes de balivernes.

 

Etait toute désignée la Grèce qui avait fait un peu n'importe quoi, mais aussi pour une autre raison, c'est que le gouvernement est socialiste et qu'il est intéressant de savoir jusqu'à quel point les socialistes vont être consentant au système. D'autant que Papandreou est président de l'International socialiste ce qui pourrait mouiller encore plus ceux-ci dans l'acceptation de la loi des marchés comme ce fut le cas avec Strass-Khan au FMI et Lamy à OMC ; ce qui prouve que les partis socialistes européens sont les faire-valoir du capitalisme (d'ailleurs Portugal et Espagne tous deux socialistes ne sont-ils pas aussi les premiers visés afin de mettre définitivement sous l'éteignoir des régimes qui pourraient à la limite contester). On a donc mis les Grecs au pain sec et à l'eau afin de voir comment ils allaient réagir, en définitive cela donnera aux spéculateurs une petite idée de jusqu'où ils pourront aller pour contraindre les peuples. Vont naturellement suivre la plupart des autres pays européens si l'expérience se révèle positive, comme il n'y a pas de fumée sans feu on entend déjà les rumeurs parlant d'austérité, en France, voire en Allemagne.

 

Il en ressort que la contestation pour contrer les désastres de la loi des marchés ne doit pas être essentiellement catégorielle, voire locale, mais plus générale puisqu'il s'agit en effet de se « débarrasser » du capitalisme mondialisé, seule alternative possible pour le bien-être des peuples. D'ailleurs, la radicalité doit être de mise car certaines solutions intermédiaires proposées actuellement pourraient amener le pire…

 

Le meilleur exemple étant la pétition qui demande à ce que l'on taxe les produits financiers, plus précisément les transactions financières.

 

Là, il s'agit d'une inconscience particulièrement caractérisée. En effet, il est évident que les actionnaires et les spéculateurs de tout poils qui verront leurs bénéfices diminués par une quelconque taxe, ou autres formes contraignantes, vont tenter par tous les moyens de récupérer les pertes quelles qu'elles soient. Et, sans être particulièrement devin, ils vont se tourner en dernier recours vers la productivité et par conséquence la variable d'ajustement qu'est le travail puisque la rentabilité maximum des entreprises est une valeur sure pour engranger des profits. On connaît quels sont les moyens à leur disposition, forcer à travailler plus pour le même salaire, augmenter la rentabilité, voire diminuer les salaires, mais ce dont on est sur c'est qu'ils vont réduire la masse salariale, ce qui va forcément faire augmenter le chômage dont « on paiera les allocations avec les recettes de la taxe ».

 

Donc, on tourne en rond, en détruisant encore plus le tissu social, et de surcroît, on fait « avec » le système, apportant ainsi une caution involontaire au principe capitalisme ; un accompagnement de plus en quelque sorte. Il faut écarter ce genre d'aberration !

 

D'autant que l'on a un exemple récent de la perversité des banquiers et de leurs acolytes. En effet, la Cour des Comptes signale que les revenus des intérêts sur les fonds prêtés aux banques sont nuls, et probablement que l'opération sera déficitaire ! Pourtant, d'après Sarkozy, on sauvait les banques et l'opération devait rapporter quelques argents à l'Etat, il n'en est rien, au contraire. Alors, qui c'est qui paiera ?

 

Les interconnections du système financier capitaliste sont telles que la finalité est toujours la même, le dindon de la farce est toujours le même, le prolétaire….

 

Non, la seul solution c'est de sortir du capitalisme, et le seul combat efficace sera celui-là !

 

 



29/05/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres