Le Ragondin Furieux

Le Ragondin Furieux

Le prix Nobel de la guerre…

Le prix Nobel de la guerre…

 


 Lorsque j'ai écrit : « Je hais l'Amérique ! » on m'a parfois agoni de propos acerbes. Beaucoup avaient vu une forme d'anti-américanisme primaire dans ma façon de percevoir l'élection d'Obama. Certes, la dialectique pouvait paraître abrupte pour ceux qui voyaient dans le nouveau président des Etats-Unis une sorte de sauveur de l'humanité. Effectivement, il s'agissait bien d'un sauveur, mais ce fut d'abord celui des banques. Rien que pour cette raison cela confortait déjà le scepticisme qui mena ma plume lors de l'article incriminé.

 

Pourtant, parmi ceux qui ne sont pas de farouches partisans des USA, il y eut Castro qui sans faire des éloges grandiloquents salua avec un peu moins de déplaisir qu'à l'habitude l'élection d'Obama. Fidel, voyait surtout en lui l'homme de couleur qui éclaboussait un monde de blanc ayant asservi certains de ses ancêtres. Fidel fut sans doute aussi trompé par le maniement subtil de la communication que cet homme a porté au pinacle. Car en effet, on aurait pu croire à entendre ce nouveau président qu'il voyait d'un œil différent les problèmes de Cuba et ceux de l'ensemble de l'Amérique Latine. Moins d'hégémonie brutale, plus de discours consensuels semblaient porter un nouvel espoir… Ce ne fut qu'un temps, Fidel reconnait maintenant que sous une apparence conciliatrice l'impérialisme US est de plus en plus présent.

 

On n'insistera pas sur le refus de livrer pour raison de blocus les équipements hospitaliers dont Cuba a besoin, ce n'est malheureusement qu'un exemple parmi tant d'autres, mais on parlera de la mise en place dans toute l'Amérique du sud de bases militaires ; d'une restructuration de la 4éme flotte sous le fallacieux et non épuisé prétexte de combattre le terrorisme, de l'aide sous-jacente aux dictatures de droite déjà existantes ; sans oublier la constante présence de la CIA aux côtés des droites capitalistes qui sont en train de fomenter des coups d'état un peu partout en Amérique du Sud. Un tour de vis a donc été donné pour imposer l'empire US, et contrairement à ce que l'on aurait pu penser en croyant que c'était fini de l'attitude « va-t-en-guerre » et fanfaronne de Bush, sans en avoir l'air… c'est pire !

 

C'est encore plus mesquin que cela puisque le pauvre Zelaya ayant été chassé manu militari par une armée fascisante de son pays le Honduras, dont on sait qu'elle a reçu une aide stratégique de la CIA, a eu droit à beaucoup de condescendance d'un Obama qui, pendant ce temps là, installait de nouvelles bases militaire US en Colombie. Comme on le voit, même si il parle de retirer totalement les troupes d'Irak il ne cesse d'en éparpiller d'autres ailleurs. De toute façon une seule chose compte : l'hégémonie US au service du capitalisme qui a besoin de guerres pour faire tourner les usines d'armements qui rapportent ainsi d'énormes intérêts aux actionnaires.

 

Certains me diront, oui mais, il a fait un truc super en mettant en route le processus de couverture maladie universelle. Certes, l'idée est louable mais pas encore acceptée totalement ; toutefois, on remarquera, sans mauvais état d'esprit, qu'elle n'est destinée qu'au étasuniens, car en fait il n'y a que cela qui compte pour le président de ce pays. De toute façon, même les Républicains seront pratiquement obligés d'y passer car il y a urgence tant les Etats-Unis sont délabrés, et la pauvreté de plus en plus importante pourrait amener de sérieux troubles si un léger baume ne venait atténuer les souffrances. On notera aussi que c'est l'état qui va prendre en charge quelques millions de déshérités, pour le reste les assurances privées gardent la part belle avec seulement une contrainte sur le fait qu'il ne doit plus y avoir de discrimination sociale à la qualité des soins ; on est loin de la « sécu » française qui reste, quoi qu'en disent les promoteurs du privé, le meilleur système au monde. De toute façon, Obama, même si c'était une de ses promesses électorales, se trouve acculé devant la complète décrépitude de son pays, c'est donc pourquoi, « Monsieur » a décidé aussi  d'activer les guerres pour relancer l'économie, pour maintenir l'hégémonie US dans le monde, afin de protéger ses approvisionnements en matières premières à l'instar du pétrole.

 

Il n'en fallait pas tant, continuant sur sa lancée il a envoyé 30 000 hommes de plus en Afghanistan !

 

Et une fois de plus on nous a ressorti le fallacieux, le mensonger, le dérisoire prétexte Taliban. Car en réalité, si c'était pour cette raison, c'est au Pakistan pour plus d'efficacité qu'il fallait aller les chercher ! Et bien non, l'Afghanistan est préférable étant une position stratégique militairement parlant, proche de la Russie, pas très loin de la Chine, et a portée de missiles pour fendre le turban du futur adversaire iranien nucléarisé. Mais n'oublions pas aussi l'aspect économique, le territoire afghan étant un lieu de passage des différents pipe-lines et gazoducs, d'où l'intérêt de contrôler ce territoire.

 

Alors, pour le remercier de tous ces efforts, on lui a décerné le prix Nobel de la « paix » !

 

Prix qu'il a accueilli en bredouillant selon sa parfaite maitrise de la communication, mais cela ressemblait plutôt à de la morgue et surtout à une insulte à la face des peuples !

 

Je honnis ces Etats-Unis d'Amérique là!

 

On vous met dans la main une lame pointue,

Vous ne connaissez pas celui que vous tuerez,

Est-ce vous qui tuerez ? Est-ce vous qui mourrez ?

Vous l'ignorez. Demain la mort ouvrant son aile,

Vous entrerez dans l'ombre, pêle-mêle,

Sans que vous puissiez dire au sépulcre pourquoi.

Oui, du moment que c'est décrété par un roi,

Par un czar, un porteur quelconque de couronne,

Sans rien comprendre au bruit menteur qui l'environne,

A tâtons, sans savoir si l'on est un bandit,

On écoute plus rien ; battez tambours, c'est dit ;

Vite, il faut qu'on se heurte, il faut qu'on se rencontre,

Qu'un aveugle soit pour parce qu'un sourd est contre !

 

Vous mourrez pour vos rois. Eux, ils ne sont pas là.

 

Et vous avez quittez vos femmes pour cela ?

 

                                        Victor Hugo (Le Pape)

 

 

Bonne année aux Femmes et Hommes de Paix, les vrais !



26/12/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres