Le Ragondin Furieux

Le Ragondin Furieux

L’insurrection qui vient…suiteVI

L'insurrection qui vient…suiteVI

 

La France est un produit de son école, et non l'inverse. Nous vivons dans un pays excessivement scolaire, où l'on se souvient du passage du bac comme d'un moment marquant de la vie. Où des retraités vous parlent encore de leur échec, quarante ans plus tôt, à tel ou tel examen, et combien cela a grevé toute leur carrière, toute leur vie.

L'insurrection qui vient. (49/391)

 



Ces bandes qui fuient le travail, prennent le nom de leur quartier et affrontent la police sont le cauchemar du bon citoyen individualisé à la française: ils incarnent tout ce à quoi il a renoncé, toute la joie possible et à laquelle il n'accédera jamais.

L'insurrection qui vient. (54/391)

 



Il y a de l'impertinence à exister dans un pays où un enfant que l'on prend à chanter à son gré se fait inévitablement rabrouer d'un « arrête, tu vas faire pleuvoir ! », où la castration scolaire débite à flux tendu des générations d'employés policés.

L'insurrection qui vient. (55/391)

 

L'école de la République a formé depuis un siècle et demi un type de subjectivités étatisées, reconnaissables entre toutes. Des gens qui acceptent la sélection et la compétition à condition que les chances soient égales. Qui attendent de la vie que chacun y soit récompensé comme dans un concours, selon son mérite. Qui demandent toujours la permission avant de prendre. Qui respectent muettement la culture, les règlements et les premiers de la classe. Même leur attachement à leurs grands intellectuels critiques et leur rejet du capitalisme sont empreints de cet amour de l'école.

L'insurrection qui vient. (50/391)

 


C'est cette construction étatique des subjectivités qui s'effondre chaque jour un peu plus avec la décadence de l'institution scolaire. La réapparition, depuis vingt ans, de l'école et de la culture de la rue en concurrence de l'école de la République et de sa culture en carton est le plus profond traumatisme que subit actuellement l'universalisme français. Sur ce point, la droite la plus extrême se réconcilie par avance avec la gauche la plus virulente. Le seul nom de Jules Ferry, ministre de Thiers durant l'écrasement de la Commune et théoricien de la colonisation, devrait pourtant suffire à nous rendre suspecte cette institution.

L'insurrection qui vient. (51/391)

 




Quant à nous, lorsque nous voyons des profs issus d'on ne sait quel « comité de vigilance citoyen » venir pleurnicher au 20-Heures qu'on leur a brûlé leur école, nous nous souvenons combien de fois, enfants, nous en avions rêvé.

L'insurrection qui vient. (52/391)

 


Lorsque nous entendons un intellectuel de gauche éructer sur la barbarie des bandes de jeunes qui hèlent les passants dans la rue, volent à l'étalage, incendient des voitures et jouent au chat et à la souris avec les CRS, nous nous rappelons ce qui se disait des blousons noirs dans les années 1960 ou, mieux, des apaches à la « Belle Époque »: « Sous le nom générique d'apaches – écrit un juge au tribunal de la Seine en 1907 –, il est de mode de désigner depuis quelques années tous les individus dangereux, ramassis de la récidive, ennemis de la société, sans patrie ni famille, déserteurs de tous les devoirs, prêts aux plus audacieux coups de mains, à tous les attentats contre les personnes ou les propriétés. »

L'insurrection qui vient. (53/391)

 



07/07/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres