Le Ragondin Furieux

Le Ragondin Furieux

La Décroissance, un projet sociétal bien trop souvent victime de préjugés

La Décroissance, un projet sociétal bien trop souvent victime de préjugés

 

Par le Parti Pour La Décroissance (PPLD)

 

Encore une fois, la Décroissance a été victime d'un jugement hâtif et réducteur à travers l'article « La décroissance, une théorie économique bien trop sage. » diffusé sur Le Grand Soir.

 

Nous souhaitons rétablir quelques vérités et lever certains malentendus qui continuent de nuire à l'émergence de nos idées.

 

D'abord, il ne faut pas confondre la simplicité volontaire et la Décroissance. Tout en étant liées, ces deux notions ne doivent pas être confondues. La Décroissance porte un projet politique qui se construit petit à petit et collectivement. Tandis que la simplicité volontaire se vit au niveau individuel, tout en pouvant s'insérer dans les alternatives concrètes. Le point commun est ici. Ce nouveau paradigme qu'est la Décroissance se nourrit de toutes ces expérimentations mais ne se réduit pas qu'à cela.

 

En outre, la Décroissance ne peut pas être ramenée à la seule idée de se restreindre et de frustrer les désirs de chacun. Au contraire, elle est avant tout un questionnement personnel dont le but est d'apporter une réponse collective à la crise multidimensionnelle (énergétique, environnementale, sociale, économique, culturelle et politique) qui nous touche.

- Le bonheur est-il dans la consommation, le toujours plus et l'individualisme ?

- Devons-nous continuer à travailler pour gagner de l'argent pour nous « offrir » un bonheur artificiel qui ne sera atteint que fugitivement, dans un monde où la publicité rythme nos vies et nos désirs ?

 

D'ailleurs, le mode de vie véhiculé par le capitalisme est voué à l'échec, d'abord par l'excès de consommation des matières premières nécessaires au productivisme, et ensuite par les pollutions générées. Nier les limites et la finitude de notre planète relève d'une tromperie et d'un angélisme démoniaque. Non, la nature n'est pas infinie. Nous conseillons la lecture de ces quelques ouvrages pour en témoigner [1]. L'échec social et culturel du système « croissanciste » est également patent, au regard de la misère galopante, même dans les pays dits développés.

 

Ensuite, nous sommes accusés d'obscurantisme car nous serions de fervents opposants aux progrès. Encore une fois, il s'agit d'une énième caricature. Nous ne sommes ni « contre » le progrès, ni aveuglement « pour ». Nous estimons que le principe de précaution doit être appliqué, et que la recherche doit être privilégiée. Cependant, il faut avoir le courage de poser la question : faire de la recherche, soit, mais dans quel but ? C'est pour cela que nous prônons une refonte de notre système démocratique pour qu'il le devienne réellement, pour que le monde scientifique soit indépendant et autonome vis-à-vis des pouvoirs économiques.

 

De plus, il ne faut pas amalgamer « une réflexion sur l'usage du progrès » et « être contre ce progrès ». Ainsi, nous ne sommes pas fondamentalement contre l'outil qu'est la télévision ; nous nous élevons simplement contre son mésusage qui conduit à nous infantiliser, à changer de téléviseurs tous les 3 ans, à être au service de la pensée croissanciste et consumériste dominante, et à croire que la vie de famille et notre habitat doit être conçue autour d'elle. De la même façon, nous ne sommes pas contre l'automobile comme moyen de transport, mais nous nous opposons à la civilisation et à l'idéologie automobile [2]. Nous serions favorable à un usage pondéré et réfléchi de l'automobile, mais cela est rendu impossible par son implication dans le système capitaliste. Elle en est devenue un élément indispensable pour l'organiser et le faire prospérer, malgré les nuisances que son usage à outrance induit, et en est, de ce fait, une victime.

 

Voilà, la Décroissance s'oppose au capitalisme, au productivisme, au consumérisme qui ont, au final, échoué. Il nous faut donc sortir de la ornière, et si la Décroissance est un chemin vers une autre société, elle est aussi une invitation à discuter de notre avenir, et un sourire, car la Décroissance, c'est également la convivialité et le vivre ensemble. Rendre la Décroissance désirable est notre but, sortir de la caricature également.

 

Parti Pour La Décroissance

//www.partipourladecroissance.net

//www.partipourladecroissance....

 

Notes

 

Parti Pour La Décroissance

[1] Objection (de croissance), votre honneur !

« Le temps de la Décroissance » de S. Latouche & D. Harpagès

« La décroissance est-elle souhaitable ? » entretien avec Stéphane Lavignotte

« Pour que ça se passe au mieux, sortez du capitalisme »

Paul Ariès : « Décroissance ou barbarie »

Serge Latouche : « Le pari de la Décroissance »

Richard Heinberg – Pétrole, la fête est finie

[2] Voir « Stop à la Voiture » sur le site www.partipourladecroissance.net

Et aussi quelques films :

Simplicite volontaire et Décroissance

A crude awakening – Oil crash

Hommage à Nicholas Georgescu-Roegen

 

URL de cet article //www.legrandsoir.info/La-Decroissance-un-projet-societal-bien-trop-souvent-victime-de-prejuges.html

 



09/08/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres