Le Ragondin Furieux

Le Ragondin Furieux

La Décroissance serait-elle devenue une mode !

La Décroissance serait-elle devenue une mode !

 

Ou quand on évite de parler d'anticapitalisme !

 

Pendant longtemps ceux qui parlaient de Décroissance étaient raillés, quand ils n'étaient pas voués aux Gémonies, ou plus simplement complètement ignorés. Il est vrai que dans une société où l'accent est mis sur le productivisme au service d'un consumérisme dévastateur, lorsque l'on évoquait l'idée de réduire notre croissance cela paraissait pour certains comme une douce utopie ; ou parmi les autres, les plus impressionnables ont même eu peur pendant un temps du terme Décroissance.

 

Mais divers éléments inquiétants ont réveillé les consciences, les déchets du nucléaire, la saturation des sols par les engrais, la déforestation, les OGM, la gestion de l'eau par les exploiteurs, le réchauffement climatique, etc. ; indéniablement la suractivité humaine dans un monde fini mène à la catastrophe. Alors des hommes politiques de diverses horizons, jusqu'alors opposés aux idées de la décroissance, s'en sont emparés pour faire semblant d'avoir une solution pour sauver la planète.

 

Une sorte de mode c'est créée qui veut qu'il soit de bon ton de parler Décroissance en ce gargarisant du fait qu'il s'agit « d'une utopie en marche » comme l'a précisé l'animateur du Téléphone Sonne le lundi 28 décembre sur France-Inter. Emission dont le sujet était la décroissance pour une fois non décriée, et que les intervenants ont d'ailleurs jugée inéluctable afin de préserver la planète…

 

Utopie, le mot est lâché et alors on l'a fait miroiter pour donner à croire à la portée hautement philosophique de la solution qui veut que l'on est prêt au partage des richesses.

 

Le partage des richesses est en effet l'un des moteurs de la décroissance, mais il ne s'agit plus d'une utopie puisque effectivement il est primordiale que les pays riches devront absolument diminuer « leur train de vie » pour aller vers un rééquilibrage vis-à-vis des pays moins favorisés. Mais cela implique nécessairement une autre façon de voir nos sociétés et il est évident que le capitalisme n'est pas soluble dans la décroissance, s'en est même l'antithèse; par conséquence aucune avancée vers le « bien vivre » de tous les peuples ne sera possible s'il n'y a pas rupture totale avec le capitalisme, c'est pourquoi l'émission de France Inter n'a aucunement abordé le vrai fond de la Décroissance. On a assisté une nouvelle fois à une mascarade entre gens de bonne compagnie, émission où n'étaient d'ailleurs même pas invités ceux qui défendent l'objection de croissance sur la scène politique…ça veut tout dire !

 

Pourtant, les objecteurs de croissance ont de véritables projets constructifs et décroissants pour rebâtir nos sociétés en dehors du capitalisme…

 

La rupture avec le capitalisme est la première condition. Mais dans l'esprit de beaucoup, si la décroissance est devenue une mode et ne fait plus peur, l'anticapitalisme, lui, inquiète !

 

Pourtant, l'autogestion de petites fabrications locales existe déjà, et cela fonctionne. La dotation inconditionnelle d'autonomie est indéniablement le minimum vital pour tout citoyen de la planète. Le retour à une agriculture non productiviste pour sortir de l'agro-business est déjà la façon de faire et la recommandation d'agriculteurs responsables, qui de cette manière favorisent le biologique et redonnent à la terre nourricière sa quintessence. La suppression de l'OMC, organisation inféodée à la loi des marchés ; économie spéculative et mondialiste à laquelle on préférera la relocalisation, le commerce de proximité, la collectivisation des transports avec la gratuité dans certains cas ; ce qui mènera aussi vers un système bancaire non spéculatif et apportera, pourquoi pas, le retour des monnaies locales ou autres formes d'échanges

 

Il est évident que les Objecteur de Croissance ne peuvent être contre certains propos de Dominique Bourg allant à l'évidence dans le sens des idées qui sont aussi les leurs. Mais comme on a pu le constater, les intervenants présents n'étant pas de ceux qui remettent en cause la pensée unique capitaliste, donc l'ensemble de l'émission est resté particulièrement incomplet ; on peut même dire tout à fait superficiel avec les interventions d'un membre de l'UMP, serviteur opportuniste et zélé d'un capitalisme apanage de pays riches ; pays qui viennent, pleins de morgue à l'encontre des pays moins favorisés, de faire capoter le Sommet de Copenhague…

 

 La Décroissance n'est pas une mode, et doit cesser d'être considérée comme une utopie mais comme une réalité tangible dans laquelle est incluse obligatoirement la rupture avec le capitalisme !

 



31/12/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres