Le Ragondin Furieux

Le Ragondin Furieux

Je honni l’Amérique !

Je hais l'Amérique

Je honni l'Amérique !


Du moins, je devrai dire : « Je honni les Etats-Unis », ce qui aurait différencié ce pays du continent sur lequel il s'étale, mais il s'étale tellement de sa puissance qu'il est coutume de le confondre avec. N'a-t-on pas entendu clamer d'indignation, de compassion, le 11 septembre : « Nous sommes tous Américains », ce qui on en conviendra est foutrement générique. Je dois avouer que ce jour là je ne me sentais pas plus américain que la veille, et que si il n'y avait pas eu les victimes de cet attentat, j'aurais « biché » dans mon fort intérieur en pensant que c'était du pain bénin. Enfin on osait ébranler le géant. Enfin on avait fait douter ce pays qui ce veut le plus puissant de la planète. Et ça, que l'on bouscule les valeurs établies, cela ne m'a jamais laissé indifférent.

Que voulez-vous, j'ai un faible pour celui qui est au fond de la classe, le coude sur le radiateur. J'ai même une sorte d'indifférence très net envers le premier en tout, alors que j'ai une sorte de tendresse, de respect pour celui qui ne fait pas comme tout le monde, et qui pour cela est voué au Gémonies comme l'est trop souvent Cuba. Donc, je honni l'Amérique ! Je sais, ça ressemble à de l'anti-américanisme primaire, peut-être, et pourquoi pas…

Cela dit, un pays ou les bureaux de vote sont installés dans les églises, ça me fait flipper de dégoût, et en tous cas ce serait un bon moyen pour m'empêcher de voter. Je n'ai aucun regard de compassion pour ce mélange des genres qui est à bannir.

Seulement voilà, l'Amérique nouvelle est arrivée. Je savais que c'était la saison du Beaujolais nouveau, mais je n'aurais pas imaginé que cela puisse être le cas aussi des Etats-Unis. Bref, c'est la formule consacré avec l'avènement d'Obama…

Certes, après bien des années où le racisme fut une constante dans les rapports de force entre les communautés de ce pays, voir un président de couleur il y a effectivement de quoi se réjouir, mais c'est tout. En fait, il n'y a pas de changement en profondeur, on va déplacer la guerre d'Irak en Afghanistan, et si l'Iran nous casse trop les pieds avec son armement atomique et bien Obama, tout noir qu'il est, ira en découdre avec ces olibrius qui ne veulent pas se plier au dictat de l'hégémonie étasunienne. Rien n'a changé.

Et que dire de la pensée unique qui va suivre son petit train-train, on va faire semblant de replâtrer et d'assainir le capitalisme. Ne nous y trompons pas, Obama est un pur représentant de l'ultralibéralisme débridé. Si quelques « mèmères » étasuniennes et particulièrement imbibées de religion ont failli tomber en syncope du fait qu'ait été élu un président à leurs yeux socialiste ; c'est simplement qu'elles n'ont aucune culture politique, et qu'elles ne connaissent aucunement le vrai sens du mot socialiste. Non, le capitalisme a encore de beau jour devant lui. Et n'oublions pas la peine de mort qui va encore trainer sa charrette de cadavres, la prolifération des armes qui n'a pas été contestée, rien n'a changé, je honni cette Amérique là !

Et l'on nous parle de symbole, qu'elle allégorie cela est !

Le vrai symbole, c'est le jour ou l'on verra un « Indien » pacifiste et anticapitaliste à la tète de ce pays. Ce jour là, j'aimerais les Etats-Unis d'Amérique.

En attendant, la fumée du calumet de la paix du Grand Manitou s'envole en volute incertaine vers un avenir qui n'est pas celui que

"ce sage avait rêvé pour sa terre originelle…"





14/11/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres